En cliquant sur « Accepter », vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil pour améliorer la navigation sur le site et analyser l'utilisation du site. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.
Publié le :
Rédigé par :
Marie Serres
Torréfaction du cacao : à l'origine du goût

Torréfaction du cacao : à l'origine du goût

Pas de chocolat sans torréfaction ! À l'occasion de Pâques, retour sur l'un des secrets de la friandise universelle.

La torréfaction, une étape fondamentale pour le développement des arômes du chocolat

Pour comprendre l'importance de la torréfaction, commençons par un rappel du cycle du chocolat. Le cacaoyer, petit arbre originaire d'Amérique du Sud, pousse dans des pays tropicaux au sein de la « ceinture du cacao », qui s'étend de l'Amérique latine à la Malaisie en passant par l'Afrique de l'Ouest. Ses fruits, les cabosses, sont remplies de graines que l'on appelle « fèves de cacao ». Après la récolte, celles-ci sont extraites, triées, mises à fermenter, séchées puis torréfiées, c'est-à-dire chauffées pendant 15 à 40 minutes à une température généralement comprise entre 110 et 140 °C. L'objectif de cette dernière étape ? Le goût ! 

Michel Barel, biochimiste de formation et spécialiste du chocolat, évoque, dans son ouvrage Du cacao au chocolat. L'épopée d'une gourmandise (Quæ, 2016), les « réactions de Maillard » à l'œuvre dans la torréfaction : sous l'effet de la cuisson, des réactions chimiques entre sucres et protéines génèrent des molécules aromatiques qui chatouillent irrésistiblement le nez et le palais. L'odeur et les saveurs de la viande rôtie, du pain grillé ou du café fraîchement torréfié, c'est aussi la maillardisation ! Pour ce qui concerne le chocolat, les arômes commencent à se former au moment de la fermentation des fèves, mais c'est la torréfaction qui donne vraiment au produit son goût caractéristique. D'ailleurs, si l'on se lance dans une expérience de fabrication maison, il faut rôtir des fèves au four ou à la poêle jusqu'à ce qu'elles dégagent de chauds effluves de chocolat. 

Il est cependant difficile, pour le grand public, de trouver des fèves  de cacao : l'écrasante majorité du « cacao marchand », constitué des fèves fermentées, séchées et conditionnées dans des sacs,  est travaillée par de grandes entreprises multinationales. Celles-ci les torréfient, les décortiquent et les fondent pour produire la matière première de l'industrie du chocolat. 

Le cas du chocolat « bean to bar »

Depuis quelque temps, cependant, trois petits mots anglais agitent le monde des aficionados de chocolat : bean to bar. L'expression signifie littéralement « de la fève à la tablette ». Il s'agit d'un mouvement né sur la côte ouest des États-Unis au début des années 2000. Quelques artisans décidèrent alors de sélectionner les fèves fermentées et séchées directement auprès de planteurs ou de sourceurs locaux, contrairement à la plupart des chocolatiers et pâtissiers qui travaillent avec des chocolats dits « de couverture », achetés auprès de couverturiers parmi lesquels figure par exemple la maison française Valrhona. Leur objectif : maîtriser l'intégralité du processus de production, notamment la torréfaction. On parle d'ailleurs aussi parfois, pour les chocolatiers bean to bar, de torréfacteurs de chocolat. En fabrication, ils n'utilisent pour leurs chocolats noirs que des fèves et du sucre, là où certaines couvertures contiennent des ingrédients destinés à améliorer la fluidité ou le goût. 

Leurs produits sont-ils meilleurs ? Impossible de donner une réponse définitive et universelle : il existe d'excellents chocolats de couverture et des tablettes bean to bar médiocres, et inversement. Les artisans les plus chevronnés réussissent, en jouant sur les terroirs, la qualité des étapes post-récolte et la torréfaction, à obtenir des variations aromatiques subtiles et souvent surprenantes. Ce mouvement défend une approche puriste du chocolat et porte une philosophie : celle d'un commerce équitable, respectueux des producteurs comme de l'environnement. Parmi les minimalistes, on trouve aussi des adaptes de « cacao cru » qui se passent de torréfaction, mais c'est une autre histoire !

No items found.

Où acheter son chocolat ?

Découvrez les adresses sélectionnées par le guide Sésame pour vous procurer conseils et produits de qualité, liens cliquables ci-dessous :

Pays d'Aix & Provence · Où acheter son chocolat

Touraine - Val de Loire · Où acheter son chocolat

Var & Provence · Où acheter son chocolat

No items found.

Plus de lecture...

Voir tous les articles