En cliquant sur « Accepter », vous acceptez le stockage de cookies sur votre appareil pour améliorer la navigation sur le site et analyser l'utilisation du site. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.
Publié le :
Rédigé par :
Marie Serres
Histoires d'eaux

Histoires d'eaux

Petit guide des eaux potables, du robinet ou en bouteille 💧

Entre aspirations à une alimentation saine, impératifs environnementaux et réalités économiques, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver dans les eaux à boire. Petit guide des eaux potables, du robinet ou en bouteille.

‍

L'eau du robinet

C'est la moins chÚre, et de trÚs loin ! Attentivement contrÎlée par les pouvoirs publics et traitée au chlore pour éviter tout contaminant, l'eau du robinet est, sauf cas particulier, saine et de bonne qualité. Elle provient de sources souterraines ou superficielles (lacs, riviÚres...), avec un avantage de taille : son faible impact environnemental, à la différence des eaux en bouteille qui nécessitent de l'énergie pour la fabrication des contenants, occasionnent des transports et génÚrent des déchets. Une petite astuce si le goût de chlore est trop présent : il suffit de laisser reposer l'eau pendant quelques heures au frais, dans une carafe sans bouchon ni couvercle, pour retrouver un breuvage neutre.

Les eaux en bouteille

Qu'elles soient de source ou minĂ©rales, les eaux en bouteille proviennent de nappes souterraines oĂč l'eau de pluie s'est infiltrĂ©e pendant plusieurs siĂšcles. Elle a ainsi atteint des couches profondes, se filtrant et se chargeant en minĂ©raux au passage. Les industriels n'ont plus qu'Ă  construire des forages pour rĂ©cupĂ©rer ces eaux pures et les mettre en bouteille.

Dans le commerce, on en trouve deux sortes :

Elles peuvent provenir de plusieurs sources diffĂ©rentes et sont parfois puisĂ©es dans les mĂȘmes nappes que l'eau du robinet, avec laquelle elles partagent Ă©galement une rĂ©glementation similaire sur les critĂšres de potabilitĂ©. En revanche, elles ne peuvent pas subir de traitement de dĂ©sinfection. Leur composition en minĂ©raux peut Ă©voluer dans le temps, ce qui occasionne parfois des variations de goĂ»t, mais les eaux de source restent faiblement minĂ©ralisĂ©es, Ă  l'image de l'eau du robinet.

Elles proviennent d'une seule source et ne rĂ©pondent pas Ă  la mĂȘme rĂ©glementation que les eaux du robinet et de source. Surtout, elles peuvent ĂȘtre riches en minĂ©raux (magnĂ©sium, calcium, fluor, sodium, sulfates...) : ce n'est pas toujours le cas mais, quoi qu'il en soit, leur minĂ©ralisation doit ĂȘtre constante dans le temps. Il faut savoir qu'Ă  l'origine, les eaux minĂ©rales Ă©taient des eaux mĂ©dicales ! Elles sont donc intĂ©ressantes pour pallier certaines carences, mais mieux vaut Ă©viter de boire certaines d'entre elles quotidiennement. Certaines, par exemple, sont trĂšs riches en sodium. À choisir en lisant bien les Ă©tiquettes et en fonction de ses prĂ©fĂ©rences gustatives, car les minĂ©raux donnent du goĂ»t.

On voit enfin de plus en plus, dans les Ă©piceries fines ou sur les tables chics, des eaux en bouteille dites artĂ©siennes. Celles-ci proviennent de puits oĂč l'eau jaillit naturellement des nappes sous l'effet de la pression. Elles sont trĂšs pures et font l'objet d'un marketing efficace. Bon Ă  savoir : elles existent aussi en version gratuite, par exemple Ă  Paris oĂč trois fontaines permettent aux habitants de remplir gratuitement leurs bidons !

No items found.

‍

‍

No items found.

Plus de lecture...

Voir tous les articles